Un avion sans elle – Michel Bussi

Alors, on prend l’avion avec ou sans Michel?

Résumé :

23 décembre 1980. Un crash d’avion dans le Jura. Une petite libellule de 3 mois tombe du ciel, orpheline. Deux familles que tout oppose se la disputent. La justice tranche : elle sera Émilie Vitral. Aujourd’hui, elle a 18 ans, la vie devant elle mais des questions plein la tête. Qui est-elle vraiment ?
Dix-huit ans que Crédule Grand-Duc, détective privé, se pose la même question. Alors qu’il s’apprête à abandonner, la vérité surgit devant ses yeux, qu’il referme aussitôt, assassiné.
Il ne reste plus à Émilie qu’un vieux carnet de notes, des souvenirs, et Marc, son frère, pour découvrir la vérité…

🀫La couverture :

Vous commencez à me connaître et savez que j’aime les couvertures qui correspondent à l’histoire qui suit. C’est chose faite pour Michel Bussi. Un avion en papier de journal, une petite libellule, symbole de la petite Lylie, un jeu de mots en guise de titre… Tout ce que j’aime !! La couverture donne envie d’ouvrir le livre et de dévorer l’histoire. Mais l’histoire est-elle à la hauteur?

☺︎Mon avis :

Lylie est une jeune fille de 18 ans qui a grandi avec un doute ultime sur son identité : seule rescapée d’un crash d’avion, elle aurait pu être le nourrisson de deux familles présentes à bord. Les tests ADN ne pouvant être utilisé, c’est la justice qui a tranché sur son identité. Seulement, aujourd’hui, le doute est bien présent, à l’âge où savoir qui l’on est devient crucial et où les événements qui s’enchaînent tendent à enfin expulser les secrets de chacun.

Un avion sans elle est un livre que j’ai lu en quelques jours. Bonne chose, non ?

Je me suis prise à aimer Marc Vitral, le frère (ou pas ?) de la petite libellule, connue plus tard sous le surnom de Lylie. C’est par les sentiments de Marc que l’on rentre dans Un avion sans elle, et c’est son parcours du combattant que l’on suit. C’est par ce chemin que Michel Bussi déroule ce mystère. Le suspense y est palpitant!

J’ai également été prise dans l’engrenage de l’enquête plus que prenante (18 ans d’enquête quand même !!!!) de Crédule Grand-Duc. Si quelqu’un devait trouver la solution, ce devait être lui. Pourtant, il est assassiné et son cahier vert ne laisse pas la réponse tant attendu…

Dans la famille De Carville, il y a le grand-père. Léonce De Carville est maintenant infirme après deux attaques dû à ses erreurs lors du procès qui devait dire qui était ce petit bébé. Mais à l’époque, il a été féroce et déloyal. Malvina, la grande sœur devenue folle par la faute de son grand-père qui l’a forcé à témoigner alors qu’elle n’avait que 6 ans. Elle tente de ramener sa sœur auprès d’elle par tous les moyens. Et la grand-mère enfin, Mathilde De Carville, qui n’a pas réussi à tourner la page et reste une redoutable adversaire. Elle a laissé faire ce qui devait être fait par son mari à l’époque. Mais elle va ensuite conclure un pacte avec Nicole Vitral. Elle veut que son argent assure une meilleure vie à la petite rescapée, mais va ainsi immiscer le doute dans la famille Vitral.

Venons-en à la famille Vitral. Je vous ai déjà parlé de Marc. Parlons des grands-parents qui vont mener un combat qui semble perdu d’avance : « les riches contre les pauvres ». Pierre Vitral d’abord, qui va mourir asphyxié dans la voiture où ils cuisinent les jours de festival. Puis Nicole Vitral qui va pactiser, un peu, avec l’ennemie et beaucoup, avec l’espion de l’ennemie, Crédule Grand-duc.

Nous parlerons peu de Lylie qui n’apparait que dans deux chapitres où elle nous laisse entrevoir ses émotions. J’aurais aimé avoir davantage de ressenti venant d’elle… Dommage…

Il y a aussi deux personnages annexes, sans qui cette histoire ne serait pas possible. Ce sont les deux seuls amis de Grand Duc : Nazim et Ayla. Nazim est son adjoint pour les recherches et les traductions en Turquie. Ayla est la femme de Nazim, à qui il raconte sur l’oreiller toutes les horreurs qu’il a commise car Nazim a été espion. Ils sont malgré eux, victimes de cette enquête.

Cette histoire est une véritable addiction. 18 ans d’enquête pour découvrir le mystère en regardant la une du journal de l’époque. Et redonner son nom à Lylie.

Le petit bémol d’un avion sans elle repose dans les longueurs…Cela renforce souvent le suspense mais j’ai trouvé que cela faisait aussi ressortir la trame un peu grossière de cette enquête.

Toutefois, il est certains que je lirais d’autres Bussi.

✌︎L’anecdote à propos de l’auteur :

Un avion sans Elle a été adapté en série sur TF1. A vos postes !!!

Note :

15/20

Un commentaire sur “Un avion sans elle – Michel Bussi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s