Mémé dans les orties – Aurélie Valognes

Résumé :

Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant –, s’ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d’escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie… jusqu’au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 93 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur.
Un livre drôle et rafraîchissant, bon pour le moral, et une véritable cure de bonne humeur  !

🀫La couverture :

Pour la première fois, j’ai lu ce livre en édition poche. Moi qui ai l’habitude des gros livres, ça ne m’a pas dérangé.

J’aime bien les couleurs qui ont été utilisé, ainsi que les carreaux Vichy. Ca donne un style aux différents livres d’Aurélie Valognes.

☺︎Mon avis :

A la base, ce livre ne me tentait pas. Je m’attendais à lire un livre basique, avec des jeux de mots un peu lourdeau.. Mais au vu des nombreuses et bonnes critiques que ce livre a suscité je me suis lancée. Et je vous le dis maintenant, j’ai été conquise.

On suit la vie d’un grand-père, Ferdinand, qui se fiche de tout et attend de mourir. Sa femme l’a quitté, sa fille et son petit fils sont parti vivre à Singapour, et il ne s’entend avec personne dans son immeuble. La seule personnage a qui Ferdinand donnerait sa vie, c’est sa chienne Daisy. Après la mort de cette dernière, la vie de Ferdinand va basculer. Sa fille veut le placer en maison de retraite. Il va alors devoir lui prouver qu’il est capable de rester seul dans un appartement, se nourrir, et faire le ménage. Un midi, une petite venant tout juste d’emménager dans l’immeuble s’invite chez lui, afin d’éviter la cantine. Nait alors une véritable amitié entre les deux, et je dirais même une relation grand-père/petite fille. Mademoiselle « je sais tout » va alors aider Ferdinand à tenir son appartement en ordre, mais également à le rendre plus aimable et à lui redonner goût à la vie.

Cette Juliette est une véritable bouffé d’oxygène. Elle me fait penser à la petite Lily de Virginie Grimaldi dans Il est temps de rallumer les étoiles. Une grande margoulette, une réponse à tout, j’ai vraiment beaucoup rigolé avec ce personnage.

Ferdinand quant à lui incarne le grand père en général qui en a marre de tout, et râle pour un rien. Il passe son temps à embêter ses voisins, et c’est tellement drôle. On voit son évolution tout au long du livre, pour devenir un grand père touchant et qui fait enfin attention aux autres.

J’ai beaucoup ri en lisant ce livre, qui parait tellement réel. Vous l’aurez compris, il est grand temps de le lire si vous ne l’avez pas encore fait !

✌︎L’anecdote à propos de l’auteur :

Aurélie Valognes, née en 1983 à Chatenay-Malabry, est une écrivaine française de littérature contemporaine.
Elle publie son premier roman, Mémé dans les orties, en juillet 2014 en auto-édition puis chez Michel Lafon. Son livre se vend à plus de 300 000 exemplaires et est traduit dans plusieurs pays (États-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, Italie, Corée, Chine, Slovénie…)

★Note :

16/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s